Morning Pages

J’avais déjà parlé des petites routines créatives ici. Je vantais les mérites du paradis des bonnes pratiques, de ces fameuses habitudes qui nécessitent une énergie folle à implémenter, puis vous rapportent des instants de grâce, de quiétude et de fortune infinie. Oyez, oyez! Voici les Morning Pages! Retour garanti sur investissement! Les minutes que vous investirez ici vous seront rendues au centuple, mon altesse!
L’idée vient de l’excellentissime the Artist’s Way de Julia Cameron (il y a une traduction française qui s’appelle Libérez votre créativité; le titre est un peu sirop, mais le contenu c’est de la balle). Julia Cameron propose une cure de remise en forme pour les artistes en panne d’inspiration – ou ceux qui ne veulent jamais l’être. Parmi quelques outils très enrichissants, il y en a un qui m’a intrigué et que j’ai appliqué ces trois derniers mois avec succès: les morning pages ou « pages matinales ».

Le principe, c’est d’écrire chaque matin 3 pages dans un cahier, à main levée, sans s’arrêter.

Trois pages d’introspection: qu’est-ce que je vis, qu’est-ce que je fais, quels sont mes envies. Totale liberté sur le contenu: il n’y a pas de mauvaises manières de réaliser ses pages matinales. C’est pas censé être de la belle écriture, c’est pas censé être de l’art, c’est pas censé être publiable (surtout pas!). En fait, ne les relisez pas!

Concrètement, après mon déjeuner et AVANT de lire mes mails ou vaquer à mes occupations, je prends un cahier vert, j’enfourche mon stylo à encre et j’écris trois pages de mes pensées du matin sans m’arrêter. Je parle du temps, de mon chat, de mes soucis, de mes amours, de mes espoirs, de mon art, de mes progrès, de mes revers, de mes joies, de mon chat (encore), de mes projets et (parfois) du fait que je n’ai absolument rien de nouveau à dire dans mes pages matinales. Oui, vous pouvez faire des pages matinales qui réfléchissent sur les pages matinales. Je le répète: il n’y a pas de mauvaises manières de réaliser ses pages matinales.

Les avantages d’une telle pratique

  • Si vous avez un censeur intérieur très fort, il va pouvoir se manifester – sinon, il resterait entre vous et la source de votre créativité. Plutôt que de rester une petite voix dans votre tête, ces petits jugements seront exprimés, couchés sur le papier, prêts à être foulés aux pieds par votre plume vengeresse.
  • Si vous avez un problème récurrent, vous pourrez l’analyser à l’écrit, ce qui vous rendra plus enclin à le résoudre (c’est difficile de se plaindre du même problème jour après jour, sans véritablement entreprendre quelque chose pour changer cette situation).
  • Si vous avez de la peine à vous mettre au travail (la procrastination, vous connaissez?), les pages matinales vont vous propulser dans le faire. Après vingt minutes passées à agir, vous voudrez continuer à agir. C’est un cercle vertueux.

J’avais déjà commencé à plusieurs reprises un journal. Les carnets de bord de Lewis Trondheim et la publication des journaux de Michael Palin m’avaient fait rêver, mais j’étais incapable de tenir le rythme quotidien plus de trois semaines. Ouvrir l’ordinateur, reprendre le bon fichier, ne pas savoir quoi dire… Autant d’obstacles que je n’avais jamais réussi à dépasser.

Quelques conseils pratiques (qui m’ont fait réussir cette fois-ci)

  • Pratique et toujours disponible: achetez-vous un joli carnet et un stylo que vous aimez. Pas besoin d’attendre que le programme charge, pas d’autres distractions. Vous voulez un outil low-tech, qui ne tombe jamais en panne et n’a jamais besoin de recharger ses batteries.
  • Trois pages, ni plus ni moins: vous devez vous fixer une limite claire. Julia Cameron conseille de ne pas y consacrer plus de trente minutes. Passez un contrat avec vous-même, et respectez-le. Commencez avec deux pages, si vous préférez. Mais pas moins.
  • C’est votre propriété: ne montrez pas ces pages, ne laissez personne s’en approcher. C’est le petit secret entre vous et votre artiste intérieur. Si vous avez la tentation de les relire, attendez que l’habitude soit déjà bien ancrée.
  • Tous les jours, vraiment tous les jours: c’est l’essence de l’auto-discipline. Parfois, vous n’aurez pas le temps d’écrire vos pages matinales. Ou vous ne serez pas d’humeur à les écrire. FAITES-LE QUAND MÊME.
    Parfois, vous vous trouverez des excuses. Vous vous direz « j’en écrirai le double demain ». Ça ne marche pas comme ça. C’est vraiment tous les jours. FAITES-LE QUAND MÊME. Votre génie intérieur vous remerciera plus tard.

Et si vous avez besoin d’aide, Shia LaBeouf est là pour vous coacher:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s